Site http://www.ville-brunoy.fr/ (en mode accessibilité)

Revenir à la version graphique
Pour votre confort visuel, réglez vos options d'affichage :
Choisissez votre couleur de fond :  

Les maisons de Talma

Le tragédien François-Joseph Talma eut plusieurs résidences « secondaires » à Brunoy entre 1798 et sa mort, en 1826 ; il ne nous en reste malheureusement qu’une seule.
En 1798, il acheta les bâtiments de la « Nouvelle Machine », celle qui alimentait les Grandes Eaux de Monmartel  (elle se situait à l’emplacement de l’actuel centre commercial Talma). Pour s’agrandir, il obtient de sa compagne, Caroline Vanhove, qu’elle achète, en 1800, la « Malgouverne » (l’ancienne qui se trouvait à l’emplacement de la poste actuelle). En 1803, il déménageait de l’autre côté du chemin d’Epinay et acquérait « le Gouvernement », demeure de l’intendant du Comte de Provence, Cromot du Bourg. Cette propriété se situait à l’emplacement du CIO (angle bd Charles De Gaulle, rue Talma), son parc allait jusqu’à Epinay ; l’ensemble fut démoli en 1970 pour la construction du Parc Talma.
En 1815, Talma achetait une maison située en bordure de son parc afin, dit-on, d’y loger ses nombreux enfants. Elle est le seul souvenir immobilier qui nous reste de Talma, au 7 de la rue des Bosserons et est appelée « La Maison des Nourrices ».
L’ancienne Malgouverne a été reconstruite, en 1827, par le célèbre chirurgien parisien Bigot. C’est le bâtiment qui se trouve, actuellement, face à la poste. Son parc, qui descendait jusqu’à l’Yerres, a été morcelé pour y construire notre poste et les villas qui bordent la rivière et la rue de la poste.
A l’angle de la rue du Pont Perronet et de la rue Monmartel, on peut voir une maison construite à la fin du XVIII è siècle, plusieurs fois restaurée, qui conserve encore une corniche à motifs de patères et qui appartint, au début du Premier Empire, à l’acteur Pierre Lafon (1773-1846).